Les pailles en plastique contribuent à la pollution plastique, mais leur élimination fera-t-elle vraiment une différence ?

Les articles en plastique à usage unique, en particulier les pailles, sont devenus un sujet de prédilection depuis l’été dernier. Les interdire semblait être une solution facile pour limiter les déchets et ralentir les effets du changement climatique, mais cette solution semble presque trop facile.

Les pailles en plastique contribuent à la pollution plastique, mais leur élimination fera-t-elle vraiment une différence ?

Alors que de nombreuses personnes se sont engagées à réduire les déchets plastiques, l’interdiction des pailles en plastique les limitera-t-elle réellement ? Brad Spanbauer, conférencier en biologie et coordinateur durabilité sur le campus de l’Université UW-Oshkosh, estime que le mouvement en faveur de l’interdiction des pailles en plastique a été lancé par la vidéo devenue virale d’une tortue de mer dont on a retiré une paille du nez. La vidéo postée en 2015 a attiré beaucoup d’attention l’année dernière. Cependant, il ne sait pas évaluer réellement l’impact de l’interdictions des pailles en plastique. 

Même si les plastiques sont le résultat de l’industrie pétrolière, il n’y a vraiment pas de relation entre une interdiction de la paille en plastique et le changement climatique“, a déclaré Spanbauer. 

L’élimination des pailles en plastique aidera à réduire légèrement la quantité de déchets qui finissent dans les décharges, mais Spanbauer a déclaré que le véritable avantage de l’interdictions des pailles pourrait être de réduire la dépendance du public au plastique

Les options alternatives incluent des pailles en papier ou des pailles en acier inoxydable, ce qui encourage de plus en plus d’entreprises à développer un business plus durable. Spandauer a d’ailleurs dégagé des solutions pour les entreprises de la restauration souhaitant devenir plus écologiques : 

  1. N’utiliser que des articles réutilisables tels que la vaisselle et l’argenterie dans les établissements.
  2. S’équiper d’appareils économes en énergie aidant à réduire les émissions de carbone et contribuant à la rentabilité.
  3. Se procurer des aliments le plus localement possible, pour réduire les émissions de carbone en minimisant le nombre de kilomètres parcourus par les camions.
  4. Proposer moins de poissons provenant de l’océan car les études indique que 50% des déchets de l’océan proviennent de l’industrie de la pêche.
div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-color: transparent;background-size: initial;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 300px;}