Chacun Son Café,
capsule killer depuis 2005

Un engagement pris en 2005 qui a toujours guidé notre action

Chacun Son Café naît en 2005 dans l’idée de proposer une alternative plus juste et responsable à la capsule.

Ce nom de Chacun Son Café est choisi pour illustrer une ouverture à la richesse du monde du café : à un système propriétaire, qui enferme le consommateur dans un mode de consommation basée sur le couple machine + capsule, on oppose un système ouvert, qui invite à la découverte de l’univers des caféiculteurs, torréfacteurs et des différentes méthodes de préparation.

Chacun Son Café adopte un ton militant, la capsule symbolisant pour nous un monde fini et un gaspillage de ressources inacceptable. Un parti-pris peu audible au départ, alors le marché du café explosait en France grâce à la machine à capsules, qui équipe aujourd’hui plus de 50% des foyers.

En 2009, Nespresso, assigne Chacun Son Café en justice pour publicité comparative illicite et dénigrement.

Le 19 février 2010, Nespresso est déboutée de ses demandes de publicité comparative illicite. Cependant, le qualificatif de système "captif" ou "fermé" est considéré comme dénigrant et il nous est demandé de le retirer de notre site, ce que nous faisons immédiatement. Chacun Son Café écope d’une condamnation de 10.000 euros de dommages et intérêts (sur 150.000 demandés), plus 10.000 euros au titre de l'article 700 (frais de défense de la partie adverse). 

Un épisode marquant cité dans l’histoire des critiques de la marque du groupe Nestlé.

Les années suivantes voient la capsule triompher, à maison comme au bureau. Si des activistes et journalistes dénoncent le “greenwashing” derrière les beaux discours de la marque et les dégâts de l’extraction de l’aluminium, les consommateurs n’y sont pas encore sensibles. 

Guy de Café Méricourt Paris ©MelodyBarabé

2017 : le tournant avec la fronde anti-plastique

L’opinion publique découvre avec stupeur les dégâts d’une consommation de masse, mondialisée, qui s’est construite sur le concept du jetable. Les infrastructures de tri et de recyclage sont dépassées par la masse des déchets à traiter et la majeure partie des emballages finissent dans la nature. 

Les photos de plages et d’océans jonchés de déchets envahissent la presse et les réseaux sociaux. Le monde prend conscience que notre mode de consommation est à revoir. 

En 2019, le mouvement #IAmACapsuleKiller trouve sa communauté

Consommateurs, activistes et professionnels du café s’emparent du hashtag pour dénoncer un emballage à usage unique qui, comme le sac, la bouteille ou la paille en plastique, n’a plus de raison d’être. 

Pourquoi consommer du café en conserve, qui participe à la déforestation et pollue la planète alors qu’on peut boire un café sans déchet, en grain, torréfié par un artisan et fraîchement moulu à chaque tasse ? 

Le changement fait son chemin, doucement !

Les consommateurs reviennent doucement au café filtre ou passent au café en grains fraîchement moulu. Une tendance en forte augmentation à la maison mais aussi au bureau. Les entreprises, petit-à-petit, alignent leur solution café avec leurs valeurs et offrent un café plus responsable à leurs collaborateurs. Chacun commence à modifier ses petits gestes, conscients que chaque initiative compte. 

Notre mission : poursuivre notre action pour une consommation plus lucide

Nous continuons d’informer, sensibiliser, équiper notre communauté, car nous savons que l’information est clé, et que chacun peut influencer les petits gestes de ses proches, ses collègues, ses voisins ! 

Nous savons que chacun détient un pouvoir de changement et une forme d’influence, et que le changement se fera par mimétisme, autour d’un futur souhaitable, enviable et qui n'hypothèque pas l’avenir des générations futures. 

Shirley de Café Berry Paris ©MelodyBarabé
Niels de Ginger & White London ©MathildeMetairie