En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

Tout savoir sur le café du brésil

La production de café au Brésil : chiffres clés

- 1er pays producteur

- 2ème pays consommateur

- 1/3 du café mondial

- 27 000 km² de production

- 52 millions de sacs annuels

- 77% d’arabica

- 300 000 producteurs

- 2 millions d’hectares de plantations

- 5 millions de personnes vivant du café

Histoire

Le café arrive au Brésil à Belem do Para au début du XVIIIème siècle en provenance de Guyane française au moment de la colonisation portugaise. Les semences sont originaires d’un caféier ramené de Java au jardin botanique d’Amsterdam en 1706 puis emportées par les Français à Cayenne en 1718.

Les plantations de caféiers se développent très rapidement, à tel point que le Brésil devient le premier producteur mondial dès les années 1840. En 1920, il représente 80 % des exportations de café. C’est au sein de l’Etat Minas Gerais que 50 % de la production est réalisée. Si une grande partie des récoltes est destinée à l’exportation, le marché intérieur s’est lui aussi considérablement développé.

Méthode de culture :

Le Brésil compte sept états producteurs : Minas Gerais, Espírito Santo, São Paulo, Bahia, Paraná, Rondônia et Goiás.

La récolte se déroule généralement entre avril et septembre, et se fait majoritairement de façon mécanique (stripping). La culture du café s’est rapidement industrialisé pour répondre aux besoins imposés par les grands espaces. Le triage est également mécanique ou électronique. Le Brésil s’organise donc en coopératives et en grandes exploitations (Fazendas) qui se sont rapidement dotées de technologies de pointe. Le rendement y est sans égal avec un moyenne oscillant entre 12 et 35 sacs de 60 kg par heure et par hectare.

Goût :

L’Arabica brésilien affiche des notes gourmandes dans lesquelles on distingue parfois des arômes de vanille, de chocolat et de noisette. Il est aussi très apprécié pour sa finesse et sa faible teneur en caféine.

Difficultés :

Le risque climatique :

En 2019, la production de café a chuté de plus de 20 % par rapport à 2018. En cause, le manque de pluies et les températures élevées entre décembre et janvier. Globalement, le réchauffement climatique, constaté chaque année depuis 1990, impactera certainement la possibilité de produire du café dans les zones actuellement exploitées et rendra viable des zones autrefois considérées comme trop vulnérables aux gelées.

La baisse de la devise brésilienne :

Les caféiculteurs souffrent de l’effondrement des prix causé par la dévaluation du real brésilien par rapport au dollar, monnaie d’échange des matières premières. La situation asphyxie les petits producteurs des pays comme la Colombie et le Nicaragua qui vendent leur café à perte, tout en profitant aux grands producteurs, aux torréfacteurs et aux distributeurs.

Opportunités :

Alors que la consommation de café de spécialité enregistre une croissance annuelle de 15 % dans le monde, le Brésil développe de plus en plus sa propre offre, encouragée par le gouvernement avec la mise en place de programmes spécifiques. Un positionnement qui demande un travail plus minutieux, mais qui permet de vendre le café deux fois son prix initial. Les producteurs misent aussi sur la valorisation de leur terroir géographique.

Fiche café

Espèces botaniques :

Arabica : 85 %

Robusta : 15 %

Variétés :

Anciennes : Bourbon, Typica, Mundo Novo, Sumatra, Catuai Amarelo, Catuai Vermelho, Maragogype

Nouvelles : Catimor (hybride)

Régions productrices :

PARANA : Est et Ouest de Londrina

SAO PAULO : districts de Alta Mogiana, Baixa Mogiana, Media Paulista, Alta Araraquerense, Baixa Araraquerense, Noroeste, Alta Paulista, Media Paulista, Baixa Paulista, Alta Sorocabana, Media Baixa Sorocabana, Santos Jundiai, Central do Brasil

MINAS GERAIS : Zona de Mata, Ouest de Minas, Sud de Minas

RIO DE JANEIRO

ESPIRITO SANTA : district de Colatina, Sao Gabriel da Palha, Nova Venecia, Valeria, Fartura, Linhares.

BAHIA : région de Chapada

PERNAMBUCO : région de Garanhus

RONDONIA - MATO GROSSO - GOIAS et DISTRICT FEDERAL - ACRE - AMAZONAS - CEARA - MARANOHAO - PARA - PARAIBO - SANTA CATARINA - SERGIPE

Saisonnalités et méthodes :

Très variées en fonction de la localisation, le pays étant très étendu.