En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

Tout savoir sur le café du Nicaragua

La production de café au Nicaragua : chiffres clés

  • 12ème pays exportateur de café
  • 120 000 tonnes produites par an
  • 1/5ème des exportation : produit le plus exporté
  • 30 000 familles productrices
  • 300 000 ouvriers agricoles
  • 200 000 hectares de plantation
  • 3 hectares de taille moyenne des fermes

Histoire

Le Nicaragua a une longue tradition agricole et tire une part conséquente de son PIB de la culture de la canne à sucre et de l’ananas. C’est au milieu du XIXème siècle que les agriculteurs ont commencé à profiter des conditions idéales offertes par les volcans pour se lancer dans la culture du café. La production de l’or noir atteindra 11 millions de livres annuelles à l’aube du XXème siècle, avec une croissance constante. Le café représente aujourd’hui 1/5ème des exportations annuelles du pays.

Production du café

Plus de 30 000 familles dépendent directement de la production de café qui est aujourd’hui la principale source de revenu du pays. Les exploitations sont petites, environ 3 hectares. De nombreux producteurs se partagent les terres et pratiquent en parallèle de l’agriculture de subsistance (maïs, etc.) pour subvenir à leurs besoins. Plusieurs coopératives ont vu le jour ces dernières années permettant de mettre l’accent sur de meilleures méthodes de production et sur la qualité.

Méthode de culture :

Le café est cultivé sur les pentes volcaniques des hautes montagnes du pays, entre 1000 et 1500 mètres d’altitude avant d’être cueilli à la main d’octobre à mars.

Goût :

Le café du Nicaragua se caractérise par sa gourmandise. Il est fruité avec une légère acidité.

Difficultés :

Economiques et politiques :

La crise politique et économique de 2018 a secoué le pays et le marché du café n’y a pas échappé. Les restrictions en matière de crédits bancaires et la réforme fiscale imposées par le gouvernement ont impacté les coûts de production.

Structurelles :

Les petits producteurs ne sont pas accompagnés ni subventionnés par l’Etat. Ils sont livrés à eux-mêmes, avec une méconnaissance du marché mondial et l’opportunité que présenterait la certification de leur café - bien qu’ils remplissent les conditions nécessaires. De plus, tous les producteurs n’ont pas les moyens de payer pour les certifications. Nombreux sont ceux qui pensent donc que la quantité prime sur la qualité.

Climatiques :

Le changement climatique s'est aussi fait sentir dans les plantations : la récolte 2018-2019 n'atteindra que 3,1 millions de sacs, soit une chute de 20 à 25%, selon l'Association des exportateurs de café du Nicaragua (Excan).

Opportunités :

Le Nicaragua est en train de se tailler une place au soleil sur le marché international des cafés de spécialité grâce à une nouvelle génération de cultivateurs qui met en valeur le terroir du pays. Si tous les cultivateurs prennent ce virage dans les prochaines années, ce sera un réel changement pour eux.

Consommation locale :

Bien qu’une grande quantité de café soit torréfié et expédié à l’étranger, ce produit de base national est également populaire parmi les résidents.

Fiche café

Espèces botaniques :

Arabica : 85 %

Variétés :

Typica, Bourbon, Caturra, Maragogype

Régions productrices :

- Sud : Managua, Carazao, Masaya

- Nord et Centre : Matagalpa, Jinotega, Nuevo Segovia, Madriz, Boasa, Chinadega

Floraison :

Première pluie de mai

Récolte :

- Sud : Novembre/Janvier - Août/Septembre

- Nord : Décembre/Mars

Préparation :

Méthode humide

Séchage :

Principalement au soleil, parfois au four

Teneur en caféine :

1,27 %

Poids des sacs :

69 kg net